fbpx

The noose is tightening around refugees and migrants in West Africa

Read in English | Lire en français


The noose is tightening around refugees and migrants in West Africa

While humanitarian projections for West Africa are extremely worrying in 2022, while forced displacements are the highest ever recorded in the region, and while aspirations for mobility will continue to be pressing, the migration of West African nationals is increasingly constrained. Yet it is an essential part of the solution.

In the North, Algeria expels migrants who have come from West African countries to work or beg – including nationals from third countries such as Guinea, Mali and Sudan. Libya, where migrants still go to work, has become increasingly dangerous for refugees and migrants who are arbitrarily detained, subjected to enforced disappearances, killings, etc. Libya also regularly expels migrants from its territory, including recently to Niger. Niger, a country of departure and transit for West Africans heading for North Africa and Europe, is an important ally of the European Union, which is progressively externalizing the control of its borders. In Nigeria, the violence in the North and around the Lake Chad has led to the displacement of nearly 3 million people within the country.

Further west, international pressure is being exerted to control the resurgence of the Atlantic route that began in 2020. Thus, as reported in the newspaper El Pais, with the help of Spain, Morocco and Mauritania have blocked an increased proportion of departures from their coasts to the Canary Islands in 2021. According to police sources, Morocco deterred 33% of departures in 2021, compared to 16% in 2020, and Mauritania stopped 50%, compared to 32.5% in 2020. Mauritania has also announced that it expelled 7,000 migrants of all nationalities to its neighbours Mali and Senegal in 2021, through a rigorous border control policy. In Senegal, the EU has recently proposed the support of Frontex, and discussions are underway regarding the operationalisation of such cooperation. If the government of Senegal accepts the proposal, this would be the first time that Frontex would operate outside of the continent of Europe with its own personnel.

At the same time, the context in West Africa is deteriorating by the day. The conflict in the Sahel, which started in 2012, has entered a new phase since 2020 and is spreading beyond the so-called tri-border area, including to the coastal countries. The number of displaced people is steadily increasing and is approaching 2.5 million as of March 2022. According to UNHCR, six out of ten displaced people in the Sahel are now Burkinabè. So-called ‘cross-border onward movements,’ are now a reality, with at least 19,200 Burkinabè having fled to neighbouring countries in 2021 (Côte d’Ivoire, Mali, Niger and Benin). In Niger, the security situation is worsening considerably, and at the same time the country is already in last place on the human development index and is directly affected by climate change.  In Mali, ECOWAS sanctions are adding to the combined effects of the economic recession due to the COVID-19 pandemic and the socio-political crisis. Finally, the war in Ukraine will certainly aggravate already serious food insecurity in a region where harvests are declining due to climate change.

Thus, according to World Bank projections, “up to 32 million people in West Africa could be forced to move internally by 2050 due to slow-onset climate impacts in response to water scarcity, declining crop and ecosystem productivity, and rising sea levels exacerbated by storm surges”. West Africa thus combines conflict and violence, deep poverty, demographic pressure, food insecurity and the impact of climate change, which are all causes and factors of internal and cross-border mobility for populations often in search of survival.

Despite the mixed nature of migration in the region, i.e. migration routes used by a variety of people with different statuses driven by multiple and intertwined causes, the EU continues to want to contain irregular migration while pointing to the root causes. This position is reflected in increasingly restrictive policies that have adverse effects on people and their migration pathways. For example, ‘stricter border control measures’ are reported to be a factor in the use of smugglers in the Sahel[1].  Refugees and migrants use smugglers because they thought it would be easier.’ The ability of smugglers to obtain cheaper and predictable rates of passage seems to be a reason why even migrants with valid legal documents resort to their use. [2]

Increased border control leads to the use of more hidden – and therefore more dangerous – routes, making travellers more vulnerable to risks such as physical and sexual violence, theft, exploitation, trafficking, etc. [3] Ultimately, the visible results of these policies are greater danger and greater cost to migrants (and their families), sometimes even creating involuntary immobility in transit countries.

Many of the root causes of migration have no apparent solution soon: conflict, problems with access to land, effects of climate change, political crises, corruption, lack of access to and poor quality of education, lack of opportunities for young people, etc. Can these root causes be resolved in the near future? Can these fundamental problems be solved in a sustainable way while the leaders of these same states sell off their natural resources, which are already too limited by growing populations and the effects of climate change?

Mobility in the Sahel has traditionally been essential to the livelihoods of the population and for decades has been a means of adaptation to the effects of climate change. However, if the externalisation of European borders limits not only migration to Europe but also mobility across the region, then it will have adverse effects on people, their development and their resilience to disaster and security risks.

The reality is that migration has always existed and will continue. More border management and security will perhaps push some onto more dangerous routes and certainly create more immobility. But mobility, whether internal or external, is part of the solution. Encouraging regular migration that allows those who can participate in the region’s development to access without danger what the rest of the continent and the world can offer – quality education, professional opportunities etc – will benefit the region. This requires movement to be allowed and facilitated by entry and residence policies that let migrants and refugees come and go to contribute to their countries of origin and destination.

 

[1] Analysis of survey conducted by the MMC with 154 smugglers in 2021 in Mali, Niger, and Burkina Faso. Stricter border control was cited by 31% of the smugglers surveyed, second only to an increase in the number of migrants (52%).

[2] Study conducted by MMC for UNODC to be published in 2022.

[3] Ibidem


L’étau se resserre autour des migrants et réfugiés en Afrique de l’Ouest

Alors que les projections humanitaires en Afrique de l’Ouest sont extrêmement préoccupantes en 2022, que les déplacements forcés sont les plus importants jamais enregistrés dans la région, et qu’a fortiori les aspirations à la mobilité se feront de plus en plus pressantes, la migration des ressortissants d’Afrique de l’Ouest est de plus en plus limitée. Elle est pourtant un élément incontournable de solution.

Au Nord, l’Algérie expulse les migrants venus des pays d’Afrique de l’Ouest pour travailler ou mendier – y compris depuis quelques temps des ressortissants d’états tiers tels que la Guinée, le Mali et le Soudan. La Libye, où les migrants se rendent encore pour travailler, est devenue de plus en plus dangereuse pour les réfugiés et migrants qui y sont arbitrairement détenus, victimes de disparitions forcées, meurtres etc. Ce pays expulse également régulièrement des migrants au Niger. Le Niger, pays de départ et de transit des ouest africains vers l’Afrique du Nord et l’Europe, est un allié important d’une Union Européenne qui tend à externaliser le contrôle de ses frontières. Au Nigéria, les violences au Nord et dans le bassin du lac Chad ont conduit au déplacement de près de 3 millions de personnes à l’intérieur du pays.

Reste l’Ouest où la pression internationale s’exerce avec la volonté de canaliser la résurgence de la route Atlantiquede 2020. Ainsi, d’après le quotidien El Pais, avec l’aide de l’UE, le Maroc et la Mauritanie auraient considérablement réduit le volume de départs depuis leurs côtes vers les îles Canaries en 2021. Ils auraient bloqué 33% des départs depuis le Maroc (contre environ 16% en 2020) et 50% en Mauritanie en 2021 (contre 32,5% en 2020). La Mauritanie a également annoncé avoir expulsé 7000 migrants toutes nationalités confondues vers ses voisins le Mali et le Sénégal en 2021, grâce à une politique rigoureuse de contrôle des frontières. Au Sénégal, l’UE a récemment proposé le soutien de Frontex, et les discussions sont en cours quant à l’opérationnalisation d’une telle coopération.  Si le gouvernement du Sénégal accepte la proposition, Frontex opérerait pour la première fois en dehors du continent d’Europe avec son propre personnel.

Dans le même temps, le contexte en Afrique de l’Ouest se détériore de jour en jour. Le conflit au Sahel qui a débuté en 2012 connait une nouvelle phase depuis 2020 et s’étend au-delà de la zone dite des trois frontières, y compris vers les pays côtiers. Le nombre de personnes déplacées est en hausse constante et approche les 2.5 millions en mars 2022. D’après le UNHCR, six personnes déplacées sur dix au Sahel sont maintenant Burkinabè. Des mouvements dits ‘ultérieurs transfrontaliers’, sont à présent une réalité, avec au moins 19 200 Burkinabè ayant déjà fui vers les pays voisins en 2021 (Côte d’Ivoire, Mali, Niger et Bénin). Au Niger, la situation sécuritaire s’aggrave considérablement alors que le pays est déjà en dernière position sur l’échelle de l’indice de développement humain et subit directement les effets du changement climatique. Au Mali, les sanctions prises par la CEDEAO s’ajoutent aux effets combinés de la récession économique due à la pandémie COVID-19 et de la crise sociopolitique. Enfin, la guerre en Ukraine va certainement aggraver une insécurité alimentaire déjà qualifiée de grave dans une région dont les récoltes sont fragilisées par le changement climatique.

Ainsi, selon les projections de la Banque mondiale « jusqu’à 32 millions de personnes en Afrique de l’Ouest pourraient être contraintes de se déplacer à l’intérieur de leur pays d’ici 2050 en raison d’impacts climatiques à évolution lente en réponse à la pénurie d’eau, à la baisse de la productivité des cultures et des écosystèmes, et à l’élévation du niveau de la mer, accentuée par les ondes de tempête ». L’Afrique de l’Ouest combine donc à la fois les conflits et la violence, la pauvreté profonde, la pression démographique, l’insécurité alimentaire et l’impact du changement climatique, qui sont autant de causes et facteurs de mobilité interne et transfrontalière pour des populations souvent en quête de survie.

Malgré la nature mixte de la migration dans la région, à savoir empruntées par une variété de personnes aux statuts différents poussées par des causes multiples et entremêlées, l’UE continue de vouloir contenir les migrations irrégulières tout en pointant les causes profondes. Cette position se traduit par des politiques de plus en plus restrictives qui ont des effets néfastes sur les personnes et leur parcours migratoire. Ainsi, ‘des mesures de contrôle des frontières plus strictes’ sont rapportées comme facteur de recours aux passeurs au Sahel.[1] Les réfugiés et migrants utilisent des passeurs pour la « facilité ». La capacité de ces-derniers à obtenir des taux de passage moins couteux et prévisibles semble être une raison pour laquelle même les migrants qui possèdent les documents légaux appropriés recourent à eux.[2]

Un contrôle accru des frontières entraîne l’utilisation de routes plus cachées – donc plus dangereuses -, les voyageurs sont ainsi plus vulnérables à des risques tels que la violence physique, sexuelle, le vol, l’exploitation, le trafic, la traite, etc.[3] Finalement, les résultats visibles de ces politiques sont marqués par davantage de dangerosité et un coût plus important pour les migrants (et leur famille), allant parfois jusqu’à créer de l’immobilité involontaire dans les pays de transit.

Un grand nombre des causes profondes de la migration sont sans solution apparente dans un futur proche : les conflits, les problèmes d’accès à la terre, les effets du changement climatique, les crises politiques, la corruption, le manque criant d’accès à l’éducation et de qualité de celle-ci, l’insuffisance d’opportunités pour les jeunes, etc. Ces problèmes fondamentaux peuvent-ils trouver une issue durable alors que les dirigeants de ces mêmes états vendent leurs ressources naturelles déjà trop limitées par une démographie croissante et les effets du changement climatique ?

La mobilité au Sahel est traditionnellement essentielle à la subsistance des populations, elle est un moyen d’adaptation aux effets du changement climatique mis en place depuis des décennies. Or si l’externalisation des frontières européennes limite non seulement la migration vers l’Europe mais aussi la mobilité à travers la région, elle aura alors des effets néfastes sur les populations, leur développement et leur résilience face aux catastrophes et aux risques sécuritaires.

La réalité est que la migration, qui a toujours existé, va continuer. Plus de sécurisation et de contrôle des frontières encouragera peut-être l’emprunt de routes dangereuses et créera sûrement plus d’immobilisme.  Or la mobilité, qu’elle soit interne ou externe, fait partie des solutions. Favoriser une migration régulière qui permette à ceux qui peuvent participer au développement de la région d’accéder sans dangers à ce que le reste du continent et du monde peut offrir – une éducation de qualité, des opportunités professionnelles – se fera au profit de la région. Si tant est que la circulation soit encore possible et facilitée par des politiques d’entrée et de séjour qui permettent aux migrants et réfugiés d’aller et venir afin de contribuer à leurs pays d’origine et de destination.

[1] Analyse d’une enquête menée par le MMC auprès de 154 passeurs en 2021 au Mali, Niger, et Burkina Faso. Le contrôle plus strict des frontières est cité par 31% des passeurs répondants à l’enquête, juste après l’augmentation du nombre de migrants (52%).

[2] Etude à paraitre du MMC sur le trafic de migrants pour l’ONUDC, 2022

[3] Ibidem